La Passion d'un Mordu

Zander Time et Verticale, quand le choix et l'animation du leurre sont décisifs

Les temps sont durs. J'ai l'impression de répéter cela de plus en plus, mais je crois malheureusement que ce n'est pas une impression.

Le froid est bien là, les eaux frisent les 5°C, c'est une période où la mise en pratique de la pêche d'été se solde souvent par des bredouilles!

Et pourtant, les poissons sont bien là, ils se nourrissent toujours, il faut s'adapter! C'est alors le temps où la pêche en verticale peut faire la différence.

En fonction de la couleur des eaux, j'utilise des leurres plus ou moins fluo, plus les eaux sont en crue, et plus j'ai tendance à utiliser des couleurs vives.

Ma première journée verticale de décembre fût en Bretagne, une eau à 8°C, pas d'activité, la journée s'est soldé par un poisson chacun... des jolies perches pour les gars ;),
 


 

tandis que je touche un petit sandre, avec mon jerk minnow* bien fluo, sur un tête plombée de 14gr.
 


 

 

Je retrouve ensuite Charly pour une session en Seine. Pour le premier jour, nous décidons de découvrir un nouveau secteur.

Et là, c'est le drame, l'eau dépasse tout juste les 5°C, et les eaux sont encore très claires!
On attaque en verticale, Charly ouvre le compteur avec un joli sandre.
 


 

Ce sera en fin de compte, une seule touche par poste, pas évident du coup de tirer des conclusions. Au bout du second sandre de Charly qui me propose un de ces leurres, je lui réponds que je m'entête à trouver un autre pattern et que j'accepterai son leurre seulement à 5-0...
 


 

Le troisième poste se solde par une défaite, aucune touche. C'est au quatrième poste que le leurre de Charly se fait à nouveau gobé... mais le poisson se décroche avant le bateau!

On remonte alors sur une autre zone, sur laquelle Charly prend deux jolis sandres
 


 
Bon bah les heures passent, et mes leurres s'endorment... On décide de retourner pêcher sur la zone sans touches du matin, et d'insister un peu. C'est la que Charly m'assène le coup de grâce, 5-0, nous y voilà!!!

En ces moments creux, il ne faut pas douter. J'accepte donc d'utiliser le pattern, la magie opère, et je prends alors mon unique touche dans le temps qu'il me restait avant de rentrer.

 


 

Désormais, mon panel de leurres devra encore s'étoffer afin de pouvoir répondre à la difficulté de la pêche et trouver la vibration qu'attendent les poissons.
 

Mathieu nous rejoind le lendemain pour une partie de pêche en terrain plus familier. Je vois déjà mes deux acolites équipés de l'anti-bredouille, qu'à cela ne tienne, je monte un cane thumper 5"*, je reste persuadé que la taille du leurre peut sélectionner les prises.

Les premières dérives sont concluantes, Charly et Mathieu prennent leurs premières touches, et c'est rapidement deux ou trois sandres qui montent au bateau, enfin parlons de sandrillons plutôt ^^.

J'enregistre enfin une touche, et effectivement, j'ai sélectionné un poisson maillé, ouf!
 


 

Pendant ce temps, çà enchaîne les pin's chez mes collègues...
 


 

Le vivier commence à saturer!
 


 

Nous changeons de zone, Charly se démarque avec un fish correct en linéaire.
 


 

Puis nous repassons en mode verticale sur une autre zone. Les touches sont là, mais les poissons assez taquins, surement des petits, plusieurs fois, les poissons passent à travers les deux hameçons... Mais nous rentrons tout de même 4 ou 5 poissons dont une jolies perche pour Mat, sur la roots canne (Rappelons que Mat à remporté le challenge roots fishing 2012 dans la catégorie Float-tube, ce qui lui a value ce lancer à l'effigie du collectif Roots-fishing!!)
 


 

La journée avance, nous décidons de retourner sur la zone du matin. Pour l'occasion, je remets "le" leurre, afin de toucher un ou deux poissons avant la fin de journée.

Cela ne rate pas, mon leurre se fait croquer, je touche même deux poissons en deux lancers, mais le second trouve la poudre d'escampette...
 


 

Puis, à force d'insister, voire d'agacer, mon Charly s'est résigner à accrocher un triple sur son leurre, et bizarrement, d'un coup les poissons restent accrochés sans découper le leurre, comme de par hasard!! ;-)
 


 

Le spot commence à être bien nettoyé, "et si on allait là bas les gars?". Proposition validée, c'est moi qui pilote le king-fisher pour la fin... On arrive sur zone, les batteries étant faibles, ce sera pêche en linéaire. Les postes sont marqués, mais il faut être joueur pour oser lancer son leurre. Mat l'est, je fais de même, en déposant mon leurre devant des branches immergées en amont. Mon leurre descend le courant, prend une veine d'eau, puis c'est l'interception, obstacle? poisson? dans le doute, je ferre, et commence à treuiller un gros bazard dans le courant, çà accélère la cadence, heu!!!

C'est un poisson, je force mais il résiste, puis il s'arrête, fait demi-tour, et remonte le courant à toute allure...

A cet instant, çà défile dans ma tête, je me remémore mon duel perdu en suède avec un brocodile qui, pareil m'avait cassé au noeud de raccord sous la violence du rush. Ma lamiglas est pliée plus que jamais, j'allonge le bras, me penche, le frein chante, je connais les prochaines secondes, je n'ai pas le temps de desserrer le frein, j'ouvre donc le pick-up une demi-seconde avant de reprendre contact, le poisson est retourné à l'endroit exact de la touche puis c'est le drame, mon fil se relâche d'un coup, c'est la décroche!!!!

Je suis rageux, je me suis encore fais dosé propre par un gros brochet, décidément, je vais avoir du mal à le sortir ce gros bec en 2012...

 

Nous insistons un peu sur la zone en nous replaçant, Charly décroche une grosse perche, puis je sors un joli sandre avec mon leurre en 5 pouces.
 


 

Je continue avec mon shad blanc, c'est lorsque j'arrive au pied du bateau que je ressens un truc bizarre... Ferrage de sécurité, ma canne plie en deux de nouveau, puis je perçois des gros coups de tête, c'est encore bien copieux! Mon frein desserré (oui je suis en stress suite à ma décroche) chante à tue-tête, le poisson remonte sous le bateau, et finit par monter difficilement.

C'est finalement le big-fish du wé, qui vient me remonter le moral, piqué bizarrement derrière la bouche, d'où ce combat de malade.
 


 

La journée touche à sa fin, nous totalisons une bonne vingtaine de poissons, pour des conditions peu favorables, nous nous en sortons plutôt bien en fin de compte.
Je suis réconcilié, mais j'ai plus que jamais une revanche à prendre, rdv avant la fermeture ;)

Merci les amis pour ces bons moments partagés. @+



14/12/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres